Bienvenue sur le site de l’Éducation

Face aux menaces qui pèsent sur les familles, celles-ci développent de nouvelles alternatives au système monolithique de l’éducation générale, médicale, scolaire et psychiatrique.

peillonAlors que l’Etat et les collectivités territoriales exigent de plus en plus des scolarités hâtives (en-dessous de l’âge de 5 ans) dans un désir de contrôler l’enfant et de le « soustraire à l’influence parentale » (selon le dogme léniniste), diffusent des programmes scolaires aberrants, affirment la nécessité de détruire la famille, répandent la théorie du genre et toutes sortes de déviations favorisant le choix de son « propre sexe », la résistance s’organise. D’abord en retirant l’enfant du circuit infernal école-médecine scolaire. En effet, nombreux sont les parents à choisir l’école à la maison. Ensuite, en se réunissant de manière libre pour redécouvrir les véritables voies de l’éducation léguées par une grande histoire de l’éducation, celle des grands pédagogues. Cette histoire n’est pas récente, on se souvient des mots du Christ : « Laissez venir à moi les petits enfants. » C’est de cette longue aventure, conduisant à des personnages comme Janus Korczak, que les « modernes » voudraient nous couper.

La révolution culturelle ne passe pas. La mobilisation qui lui fait face donne même naissance à des développements inattendus, à des initiatives non contrôlées et fertiles.

L’illusion du travail pour tous des années 60 s’étant évanoui au profit d’une réalité persistante du chômage, de nombreuses femmes en ont assez de faire des journées doubles de celles des hommes: travail, déplacements, courses, éducation. Les maris, eux, bafoués dans leur rôle par une société médiatique sans racines et sans perspective, renoue avec le sens de l’autorité bienveillante et constructrice. Les pères modernes sont à la fois plus présents et plus conscients de leur rôle que ceux des années 70-80.

Une éducation plus intense pour plus de liberté

La modernité consiste désormais à travailler moins et s’occuper mieux de ses enfants pour disposer de plus de temps à soi.

Peu de parents peuvent s’offrir ce luxe. Pourtant, il est à leur portée.

Ce site va le leur montrer. En effet, les parents vont emprunter la voie du développement personnel, en affinant leur manière de regarder l’éducation. Une éducation, c’est une transmission, une expérience et une aventure à la fois.

Plutôt que de réagir « à chaud », le parent va peu à peu prendre du recul, s’impliquer mieux et au bon moment, car il apprend que son enfant a toujours une bonne raison de réagir et d’agir comme il le fait. Seulement, le parent ne le voit pas toujours. Il peut aider son enfant grâce à une plus grande tranquillité intérieure, une sérénité.

Les propositions de Faber et Mazlish, deux pédagogues américaines, seront un point de départ. En effet, plutôt que de se fixer des objectifs, nous devons partir de ce que nous sommes. Et si nous nous trompons parfois, nous avons aussi des attitudes qui sont moins répréhensibles pour l’enfant que nous pourrions le croire.

Il n’importe pas en effet de réussir parfaitement, car nos erreurs apprennent à nos enfants que nous ne sommes pas parfaits. Cela leur confère une autonomie.

Il faut éviter de tromper l’enfant avec des paroles ou des attitudes fausses. L’enfant est moins égoïste qu’on le prétend, il est plus porté à la vérité et aux valeurs que les adultes. Mais il est aussi et surtout un être en devenir. Tout comme l’adulte, ce dernier ne l’acceptant pas toujours.

Cet être en devenir va grandir en fonction de ce qu’on lui aura donné et en fonction de ce qu’il va donner.

A très bientôt !

PS: En attendant nous vous proposons de consulter l’excellent blog l’Ecole-a-la-maison.com qui propose une quantité d’articles de très haute teneur. Un vrai plaisir et beaucoup de découvertes.

Voyez aussi http://monenfant.eu et http://educationbienveillante.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *